Stella McCartney relève la barre de la beauté propre avec une nouvelle ligne de soins de la peau – WWD

LONDRES – Après 16 ans, Stella McCartney renoue avec la beauté avec le lancement d’une ligne de soins pour la peau propre appelée Stella, créée en étroite collaboration avec ses partenaires minoritaires LVMH Moët Hennessy Louis Vuitton.

Fidèle au mantra minimaliste de McCartney, la marque se lance avec seulement trois produits : le Reset Cleanser, le Alter-Care Serum et la Restore Cream.

La nouvelle ligne est un projet ambitieux qui veut cocher autant de cases écologiques que possible, avec le moins de produits et d’ingrédients.

“Je ne suis pas cette personne qui veut acheter un million de produits pour différentes zones de mon visage. Je ne veux pas de tout ça dans ma vie », a déclaré McCartney.

« Je veux moins et je veux que ça marche. Je veux qu’il soit honnête et qu’il complète ma façon de penser et de vivre la vie. Je voulais évidemment faire les soins de la peau les plus propres que nous puissions faire dans le luxe, les plus purs des purs », a-t-elle ajouté.

Au cours des trois dernières années, McCartney et une équipe dédiée de LVMH ont travaillé sur les formulations et les emballages, avec le parfum frais et herbacé des produits développé par le parfumeur Francis Kurkdjian. Feuille de girofle, résine de pin et eucalyptus mentholé sont les notes dominantes.

La vision de McCartney pour les produits était liée à une enfance passée dans la nature écossaise, dans la ferme familiale de la péninsule de Kintyre, dans l’ouest de l’Écosse.

LVMH a créé une maison dédiée pour accueillir la collaboration. La maison fait partie de la division Luxury Beauty du groupe et vise à relever les défis inhérents à la construction d’une collection ultra-propre et verte.

“Nous voulons élever la barre de la durabilité dans la beauté”, a déclaré Stéphane Delva, directeur des Nouveaux Projets Beauté chez LVMH Parfums & Cosmétiques.

Tout est sans cruauté, certifié végétalien et réglementé.

Les ingrédients proviennent du nord de l’Europe et sont fabriqués à partir de déchets alimentaires recyclés tels que le squalène, un sous-produit de l’industrie de l’huile d’olive ; et l’extrait de fleur de cerisier, qui est censé fonctionner comme un antioxydant. Le soin de la peau comprend également de la criste marine biologique, qui serait riche en acides gras insaturés et saturés, et des phytostérols pour lisser les rides et ridules.

L’emballage est un mélange de jetable et de longue durée. Les produits sont présentés dans des sachets spongieux de type aliments pour bébés fabriqués à partir de déchets de bois et pouvant être rangés dans des bouteilles et des bocaux en verre recyclé.

Lorsque les sachets sont épuisés, ils peuvent être jetés, tandis que les bocaux (qui sont livrés avec des pompes hermétiques en plastique recyclé) vivent, et ils ne deviennent pas crasseux.

La crème Restore, y compris le pot en verre, coûte 105 $, tandis que la recharge coûte 85 $. Le nettoyant Reset coûte 60 $, la recharge étant au prix de 45 $. Le sérum Alter-Care coûte 140 $, la recharge coûte 110 $.

La marque a banni les ingrédients dont le processus de production ou d’extraction était considéré comme polluant. Il a également décidé d’expédier, plutôt que de voler, des produits aux États-Unis, ce qui signifie que l’empreinte carbone de la collection a été réduite de plus d’un tiers. La marque a également éliminé tout besoin de tampons de coton ou d’échantillons à dose unique.

La nouvelle gamme sera directement destinée aux consommateurs et sera lancée ce mois-ci sur stelllamccartneybeauty.com

McCartney soutiendra l’ONG Wetlands International, en faisant don d’un pour cent des ventes nettes des soins de la peau Stella. L’argent ira aux tourbières, le plus grand réservoir de carbone au monde qui couvre environ 23% de la masse terrestre de l’Écosse.

Elle a déclaré que chez LVMH, il existe une véritable passion pour l’avenir de l’industrie du luxe », ajoutant que son équipe de beauté chez LVMH repousse des limites qu’elle n’aurait jamais cru possibles.

“Ils ont tellement soif de trouver de nouvelles voies, de nouvelles solutions”, a déclaré le designer, qui est également conseiller spécial en matière de développement durable auprès du fondateur et chef de LVMH, Bernard Arnault, et des membres du comité exécutif du groupe.

Ce n’est pas la première fois que McCartney s’intéresse aux soins de la peau, et elle avait hâte de revenir dans le jeu après que sa première collection, Care, lancée en 2006 avec YSL Beauté, ait été mise en pause.

À l’époque, McCartney était un pionnier de ce que l’on appelle maintenant la beauté propre et la première marque de mode de luxe à emprunter la voie biologique des soins de la peau. Care avait un culte parmi les consommateurs qui recherchaient des alternatives naturelles au-delà des marques telles que The Body Shop, Lush et Neal’s Yard Remedies.

Leave a Comment