Le mariage et la famille [What Does God Intend Them to Be?] – Pasteur Ted Wilson

Cette semaine, le pasteur Ted Wilson et sa femme, Nancy, parlent de l’un des merveilleux dons que Dieu a fait à l’humanité – le don de l’amour qui vient par le mariage et la famille – constituant la vingt-troisième croyance fondamentale des adventistes du septième jour.

Le sixième jour, Dieu créa le premier humain sur terre : Adam. Mais Il s’est rendu compte qu'”il n’est pas bon que l’homme soit seul; je ferai de lui une aide comparable à lui” (Genèse 2:18).

Ainsi, quand Adam s’endormit, Dieu prit une côte de son côté et forma une femme – Ève. La voyant à son réveil, Adam déclara : « Celle-ci est maintenant l’os de mes os et la chair de ma chair ; elle sera appelée Femme parce qu’elle a été prise de l’homme » (verset 23).

Et Dieu bénit ce premier couple, leur disant de “croisser et multiplier” (Genèse 1:28).

Sur cette note, la Bible prépare le terrain pour les mariages futurs, en disant : « C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme, et ils deviendront une seule chair » (Genèse 2 :24). Ce concept d’unité comprend non seulement l’union sexuelle que Dieu a conçue pour un homme et une femme, mais aussi l’unité de l’esprit et de l’esprit qui grandit avec le temps et soutient le côté physique de la relation.

À la page 18 de son livre, Je t’ai épousé, Walter Trobisch explique : « Deux personnes partagent tout ce qu’elles ont, non seulement leur corps, non seulement leurs biens matériels, mais aussi leurs pensées et leurs sentiments, leurs joies et leurs souffrances, leurs espoirs , et leurs peurs, leurs succès et leurs échecs. « Devenir une seule chair » signifie que deux personnes deviennent complètement une avec le corps, l’âme et l’esprit, et pourtant il reste deux personnes différentes. »

Malheureusement, dans ce monde pécheur, de nombreuses personnes souffrent de familles et de mariages brisés alors que Satan essaie de détruire les relations. Mais Dieu est venu pour nous guérir et nous restaurer, apportant beauté, joie, amour et communion.

Conformément à cela, la croyance fondamentale adventiste du septième jour n ° 23 déclare: “Le mariage a été divinement établi en Eden et affirmé par Jésus comme une union à vie entre un homme et une femme dans une compagnie aimante.”

Il poursuit : « Pour le chrétien, un mariage est envers Dieu aussi bien qu’envers le conjoint, et ne devrait être conclu qu’entre un homme et une femme qui partagent une foi commune. L’amour, l’honneur, le respect et la responsabilité mutuels sont le tissu de cette relation, qui doit refléter l’amour, la sainteté, la proximité et la permanence de la relation entre le Christ et Son Église.”

“En ce qui concerne le divorce, Jésus a enseigné que la personne qui divorce d’un conjoint, sauf pour fornication, et en épouse un autre, commet l’adultère. Bien que certaines relations familiales puissent ne pas correspondre à l’idéal, un homme et une femme qui s’engagent pleinement l’un envers l’autre en Christ par le mariage peut atteindre l’unité d’amour grâce à la direction de l’Esprit et à l’éducation de l’église.”

“Dieu bénit la famille et entend que ses membres s’entraident vers la pleine maturité. L’accroissement de la proximité familiale est l’une des caractéristiques du message final de l’évangile.”

Il conclut : « Les parents doivent élever leurs enfants pour qu’ils aiment et obéissent au Seigneur. Par leur exemple et leurs paroles, ils doivent leur enseigner que le Christ est un guide aimant, tendre et attentionné qui veut qu’ils deviennent membres de son corps. , la famille de Dieu qui comprend à la fois les célibataires et les mariés.”

Les familles, y compris celle de l’église, doivent être une bénédiction pour leurs membres et les autres personnes. Dieu veut qu’ils soient des forteresses de sécurité, d’encouragement, d’amour, de fraternité, d’éducation et de croissance.

Alors que nous gardons nos yeux sur Dieu, partageons avec les autres son amour – un amour qui est patient, qui est bon, qui n’est pas envieux, qui ne se vante pas, qui n’est pas orgueilleux, qui ne déshonore pas les autres, qui n’est pas égoïste, qui n’est pas facilement en colère, ne tient pas compte des torts, ne prend pas plaisir au mal mais se réjouit de la vérité, protège toujours, fait toujours confiance, espère toujours, persévère toujours et n’échoue jamais (1 Corinthiens 13: 4-8).

En conclusion, le pasteur Ted cite Adventist Home, page 33 : “Le travail auquel nous sommes appelés n’exige pas de richesse ou de position sociale ou de grande capacité. Il exige un esprit bienveillant et d’abnégation et un objectif constant. si petite soit-elle, si elle continue à brûler régulièrement, elle peut être le moyen d’allumer de nombreuses autres lampes.”

Le livre continue : “Notre sphère d’influence peut sembler étroite, nos capacités petites, nos opportunités peu nombreuses… mais de merveilleuses possibilités s’offrent à nous grâce à une utilisation fidèle des opportunités de nos propres foyers.”

Il conclut : « Si nous ouvrons nos cœurs et nos maisons aux principes divins de la vie, nous deviendrons des canaux pour des courants de pouvoir vivifiant. De nos maisons couleront des courants de guérison, apportant la vie, la beauté et la fécondité là où maintenant sont la stérilité et la pénurie.”

Pour en savoir plus sur la famille et le mariage, visitez www.family.adventist.org.

Leave a Comment