La préparation traditionnelle de la mère transforme l’entreprise de soins de la peau de sa fille au Kerala – The New Indian Express

Service de presse express

PALAKKAD : Sans sa mère résolue, KA Anciya et ses frères et sœurs n’auraient même pas acquis une éducation formelle. Après que son père les ait abandonnés, elle a vu comment sa mère, Tahira, avait du mal à joindre les deux bouts et à élever les trois enfants. Anciya a également appris comment sa mère préparait des produits de soin de la peau à partir d’ingrédients naturels à usage domestique. Des années plus tard, après son mariage en 2017, Anciya a eu l’idée de tirer parti des connaissances traditionnelles que sa mère avait acquises au fil des ans. Et elle s’est lancée dans la production de cosmétiques et de produits de soin de la peau comme le khôl, le baume à lèvres et l’huile capillaire, entre autres.

“Ma mère nous préparait de l’huile capillaire ayurvédique. Il s’agissait de faire bouillir lentement des herbes dans de l’huile de noix de coco. Mais nous étions sceptiques quant à ses avantages et l’avons appliqué comme une routine », se souvient le résident de Kallekkad, 26 ans. Après la naissance de sa fille, Anciya a découvert que le bébé avait une petite tache sans poils sur la tête. Alors Tahira lui a dit d’appliquer leur huile capillaire. “Une fois que je l’ai appliqué, les cheveux ont commencé à pousser. Cela m’a donné confiance en moi pour tirer quelque chose des connaissances de ma mère », dit Anciya.

Elle a ensuite posté la préparation de l’huile capillaire et du khôl (kajal) sur YouTube. Beaucoup de gens ont apprécié. Mais à sa grande surprise, des demandes ont commencé à arriver pour l’huile car elle était sans produits chimiques. « J’ai compris que les gens étaient occupés et n’avaient pas le temps de le préparer. » Et puisque sa mère était à l’origine de la préparation, elle a choisi de nommer le produit « Ummees Naturals ».

Petit à petit, Anciya a commencé à fabriquer du khôl avec des ingrédients biologiques. Maintenant, elle dirige une unité qui emploie 25 personnes à Malappuram et fabrique environ 40 produits cosmétiques, gagnant environ Rs 3 lakh par mois. Le mari d’Anciya, Ramsheed, qui était dans la conception graphique, a également soutenu ses efforts.
« Nos produits comprennent des savons et des produits de soins de beauté personnalisés comme des shampoings, des crèmes et des gels. Nous commercialisons les produits principalement via les médias sociaux », dit-il.

Contrairement à de nombreux autres phytothérapeutes, Anciya n’essaie pas de dissimuler les ingrédients et la méthode de préparation dans ses publications sur les réseaux sociaux. “Cela permet de garantir que ces produits de soin de la peau sont authentiques et exempts de produits chimiques”, souligne-t-elle.

Racontant les difficultés de son enfance, la jeune entrepreneure raconte que son père, Abdul Rehman, a emmené Tahira à Kollam. C’était un endroit inconnu pour elle et elle devait se débrouiller seule avec ses trois enfants — Ashif, Aftab et Anciya.

« Ma mère travaillait comme aide domestique et travaillait jour et nuit. Même dans la maison où elle travaillait, elle cultivait des légumes », explique Anciya, qui a épousé Ramsheed après avoir terminé Plus II.

Leave a Comment