Arjun Kanungo parle de son mariage : Je ne suis pas un grand partisan du mariage, mais j’ai pleuré quand j’ai regardé Carla en mariée

Arjun Kanungo rêvait de se marier avec sa fiancée, le mannequin Carla Dennis il y a près de deux ans, et le voir devenir une réalité a été un moment émouvant pour lui. Le chanteur-acteur se dit très heureux d’être un homme marié aujourd’hui car il croit en leur engagement, révélant que Carla a déjà entamé le processus pour devenir citoyenne indienne.

Kanungo et Carla, originaires d’Afrique du Sud, sont entrés dans une nouvelle phase de leur vie en tant que “Mr et Mme” le 10 août alors qu’ils se sont mariés à Mumbai en présence des membres de leur famille et de leurs amis proches.

« Le mariage était vraiment spécial. En fait, nous l’avons fait à la toute dernière minute. Nous avons décidé de nous marier en août en juin parce que la plupart des membres de la famille de Carla venaient d’Afrique du Sud, du Sri Lanka et du Royaume-Uni. Ils étaient disponibles à ces dates. C’est pourquoi nous nous sommes précipités. Le fait qu’ils aient pu y arriver et être là avec nous signifiait beaucoup pour nous », nous dit Kanungo.

Kanungo avait proposé à sa petite amie de longue date Carla en novembre 2020 et avait prévu deux mariages, qui ont d’abord été repoussés à cause de la pandémie, puis de la crise économique au Sri Lanka. Le vivre dans la réalité a submergé le Baaki Baatein Peene Baad hitmaker.

En fait, ses yeux se sont également écarquillés lorsqu’il a vu Carla en tant que mariée. « Elle ne m’a pas laissé regarder la robe de mariée avant la cérémonie. Elle avait l’habitude d’aller elle-même à l’essayage… Mais la regarder dans l’allée était assez émouvante et en fait assez inexplicable. Je n’ai pas été un grand partisan du mariage dans ma vie, mais la regarder marcher dans l’allée était quelque chose de spécial », dit-il, ajoutant:« J’ai commencé à pleurer. Nous sommes ensemble depuis sept ans et nous en rêvons depuis deux ans. Nous avons dû attendre un peu, donc nous étions vraiment émus ».

Alors, croit-il au mariage maintenant ? «Eh bien, je crois en notre relation. Je pense que les gens peuvent avoir des opinions différentes et quand même le faire fonctionner. La clé pour cela est d’écouter votre partenaire et de comprendre ses besoins. J’ai toujours eu l’impression que le mariage n’était qu’une formalité pour nous », dit-il.

Demandez-lui ce qui lui fait dire que, révèle le chanteur, “Carla n’est pas une citoyenne indienne. Donc, c’est une chose très fastidieuse de retourner constamment en Afrique du Sud et d’obtenir à nouveau votre visa. Elle devait le faire une fois par an. J’avais l’impression que, pour des raisons pratiques, se marier avait du sens. Nous voulons avoir des enfants, donc c’est logique pour cela aussi. Carla a toujours insisté sur le fait qu’elle voulait être Kanungo ».

« Elle dit que lorsque nous avons une famille, elle veut que nos enfants aient l’impression de faire partie de la même famille et d’être proches de tout le monde. Pour elle, quand on a des enfants, il est important qu’ils s’identifient à la famille. Il y a beaucoup de points positifs au mariage. Je ne sais pas si je crois en l’institution du mariage, mais je pense qu’il y a des raisons pour lesquelles Carla y croit, et je respecte ces raisons. Je suis plus qu’heureuse d’être mariée aujourd’hui, car je crois tellement en notre relation et en notre engagement”, déclare la chanteuse, ajoutant qu’elle a entamé le processus pour obtenir la citoyenneté indienne.

Ici, il affirme qu’ils ne se sentent pas comme un couple nouvellement marié, affirmant : « Nous étions en couple depuis si longtemps, maintenant on a l’impression d’être mariés depuis quelques années ».

Les célébrations de leur mariage seront prolongées, le couple planifiant une autre cérémonie hors de l’Inde avec la famille élargie l’année prochaine. “C’est parce que nous voulons faire quelque chose pour les personnes qui ont raté le mariage”, explique le chanteur, connu pour des chansons telles que Aaya Na Tuet Waada Haï.

Pour l’instant, Kanungo termine son travail et s’envole pour sa lune de miel le mois prochain, dont la destination est verrouillée par sa femme. “Mon enregistrement de mariage devant le tribunal doit être fait le 29. Ensuite, nous partons en lune de miel et. Je reviens le 10 ou le 11 septembre, puis je reprendrai le travail », dit-il en signant.

Leave a Comment